22.10.14

Conduite de chariots élévateurs : 6 consignes de sécurité pour caristes sénégalais

consigne pour caristes au Sénégal
Il n’existe pas, pour le moment, une réglementation claire régissant la conduite de chariots élévateurs au Sénégal pour les caristes. Le Service des mines qui délivre des permis pour les conducteurs de camions et autres types de véhicules n’en prévoit pas pour les caristes sénégalais, les conducteurs de chariots élévateurs.

Pourtant, la conduite de ces engins de manutention conçus pour transporter, élever ou gerber des charges de toute nature requiert une bonne formation, une autorisation et des consignes de sécurité à respecter. Ce qui est loin d'être le cas pour nombre de conducteurs de chariots élévateur au Sénégal, à quelques exceptions près, évidemment.

Récemment, j’ai eu l’occasion de superviser des caristes sénégalais lors d'un séjour dans une entreprise multinationale. Le but était de leur proposer, à terme, des procédures et consignes de sécurité pour la conduite de ces engins. Les caristes travaillent avec des chariots élévateurs à gaz. J’ai pu relever beaucoup situations dangereuses susceptibles d’endommager des charges, casser et fracasser des palettes et surtout compromettre la sécurité de tous. En voici un extrait de 6.

1- Ne jamais conduire le chariot élévateur (à vide ou en charge) avec les fourches en hauteur

Les fourches du chariot doivent être baissées, à vide ou en charge


Le cariste entre dans l’entrepôt, les fourches à 1 mètre du sol environ, ce qui  peut être dangereux non seulement pour lui mais également pour les éventuels passants. Lorsque l'on conduit le chariot élévateur à vide, les fourches doivent être à environ 15 cm du sol. Le mât doit être incliné en arrière au maximum.




2- Ne jamais transporter ni élever des personnes avec le chariot

Ne jamais transporter une personne sur u chariot


Le chariot n’est pas un moyen transport pour personnes. Il ne doit en aucun cas être utilisé à cet effet. En France, le transport et l’élévation de personnes par un chariot élévateur sont formellement interdits par le Code du travail. Sur la photo ci-dessous on voit la cariste transporter une personne à l’intérieur de l’entrepôt.


3- Engager les bras des fourches à fond sous la charge avant de la soulever

Bien engager les fourches


La capacité du chariot dépend de la masse des charges et des dimensions de celles-ci. Le poids que peut transporter le chariot diminue à mesure que le centre de gravité de la charge s’éloigne du talon des fourches. Il est donc important d’engager les fourches à fond pour soulever un colis en toute sécurité. Sur la photo, le cariste a dû poser en catastrophe la palette et réajuster. Elle était instable à cause du non respect de la consigne.


4- Le changement de la bouteille de gaz du chariot doit se faire à l’air libre ou dans un endroit bien aéré

changer les gaz dans un endroit aéré


Ici, le cariste sénégalais change la bouteille à l’intérieur de l’entrepôt. Cette opération doit se faire à l’extérieur pour plus de sécurité. Le moteur doit, bien sûr, être éteint et il faut éviter de fumer à côté. Par ailleurs, il est préférable de ne pas laisser le chariot ou les bouteilles de gaz trop longtemps au soleil ou près d’une source de chaleur. Selon la règlementation française, les parois des réservoirs ou des bouteilles ne doivent jamais dépasser les 50°C.


5- Éviter de répondre au téléphone tout en conduisant le chariot surtout en charge

Ceci est particulièrement dangereux d’autant plus que la visibilité n’est pas bonne à cause des caisses.

Ne jamais téléphoner quand on conduit le chariot

6- Quand la visibilité n’est pas bonne à cause l’encombrement des charges, il vaut mieux être guidé par un convoyeur. A défaut, il faut circuler en marche arrière


Aidez-vous d'un convoyeur en cas de besoin


Voilà donc quelques consignes de sécurité que je propose aux caristes sénégalais. Le plus difficile sera de les convaincre de les respecter. En effet, l’habitude reste la principale menace. Elle leur fait croire qu’ils peuvent conduire le chariot les yeux fermés sans danger. Or, personne n’est à l’abri d’une erreur soudaine qui peut entrainer de graves préjudices pour l’entreprise ou le personnel.

En France, un cariste peut engager sa propre responsabilité pénale lors d’un accident si ce dernier résulte du non respect d’une consigne de sécurité. Si l’accident découle d’une absence de consignes de sécurité, l’entreprise peut être poursuivie au pénal.

Au Sénégal, la négligence et le laisser-aller sont encore très présents dans pas mal d'entreprises. La meilleure chose à faire pour renverser cette tendance est sans doute la formation des caristes mais aussi des managers.

NB : article mis à jour le 22 octobre 2014
Photo à la une : http://www.chariot-elevateur-neuf.com/ 

3 commentaires :

  1. Merci beaucoup, cette information est très utile. La vérité est qu'il est dangereux d'utiliser un chariot élévateur si vous ne connaissez pas les mesures de sécurité.

    RépondreSupprimer
  2. Ce sont des très bons conseils de sécurité. Parler sur le téléphone semble très inoffensif au début, mais j’ai vu plusieurs incidents qui auraient pu être évités si les travailleurs laisseraient leurs portables lorsqu’ils sonnent. J’ai vu aussi des chauffeurs de chariots élévateurs qui conduisent trop rapidement dans l’usine, ce qui a causé aussi plusieurs incidents. La sécurité doit être la première priorité. Merci pour l’article !
    Pierre | www.machinerieplante.com

    RépondreSupprimer