14.6.12

La conférence du DG de DP World Dakar : Compte rendu

 C’était hier à 15 heures dans les locaux d’un Institut de la place. Comme certains ont pu en suivre une partie  grâce à mes messages sur mon compte twitter avec le hashtag #dpw, le Directeur Général de DP World Dakar a animé une conférence de presse devant une assemblée composée,  en majorité, d’étudiants et de stagiaires dans le secteur de la logistique et du transport. Étaient  également représentés, la presse, à travers un journaliste de Sud Quotidien et, bien sûr, la blogosphère sénégalaise à travers ma modeste personne.                                                                                                          Dans un français limpide mais teinté d’un petit accent espagnol (?), le DG de l’opérateur portuaire est largement revenu sur la vision de l’entreprise, sa mission, ses investissements au Port de Dakar ainsi que ses objectifs à long terme. Il s’est également prononcé sur une question d’actualité, une « question politique », comme il l’a qualifiée : l’audit annoncé du Port de Dakar, notamment le contrat de concession du Terminal à Conteneurs établi par l’ancien régime.

C’est vers les coups de  14h48’ que le DG, M. Guido HERMANS est arrivé, accompagné de son directeur financier. Juste à temps. Comme pour montrer aux étudiants et aux autorités de l'institut  que la ponctualité est aussi un signe de professionnalisme.  En effet, le respect des heures de rendez-vous n’est pas dans les habitudes des sénégalais. Même les chaînes de télévision du pays le démontrent au quotidien. Sur SEN TV, par exemple, la diffusion du journal en Wolof (langue nationale) peut accuser jusqu'à 20 minutes de retard (sans exagération). A la 2STV, plusieurs fois de suite,  une émission est annoncée à 22h00' pour n'être diffusée que vers  22h48'. (No comment !)


A 15h05'  donc, le conférencier prend la parole. La première partie de l'exposé est consacrée à la présentation de DP World.
Selon M. HERMANS, Dubai Ports World  est le 3èm opérateur portuaire mondiale. Il gère au total 60 ports à travers le monde. Sur le continent africain, l'opérateur asiatique est présent à Djibouti, Mozambique, Algérie et bien sûr Sénégal. Le conférencier rappelle au passage que le terminal à conteneurs du port d'Alger  a été construit sur la mer par DP World. Une sorte d'île artificielle qui rappelle l'hôtel Burj-Al-Arab construit à 270 mètres des côtes de Dubai.
Après avoir décliné la vision et la mission l'entreprise, M. HERMANS a axé la 2èm partie de son discours sur les investissements au port de Dakar. "Nous avons dépassé nos obligations d'investissement de 47%" a t-il rappelé. En effet, selon ses chiffres, 71 milliards de francs Cfa ont été investis au port de Dakar depuis 2008. Suffisant pour hisser le terminal à conteneurs aux standards internationaux, semble  renchérir le directeur commercial.
Selon ce dernier, comparé aux années 2000, le terminal à conteneurs disposent aujourd'hui d'équipements techniques ultra modernes permettant des gains de temps remarquables. C'est ainsi, l'activité de manutention des conteneurs a atteint des cadences de 50 conteneurs à l'heure. Le temps d'attente des navires est presque réduit à 0 aujourd'hui, contre 15 à 20 heures auparavant. Cerise sur le gâteau, la terminal fonctionne 7j/7 et 24h/24, ce qui permet aux réceptionnaires de prendre possession de leurs conteneurs à tout heure, de jour comme de nuit.

Plusieurs questions ont suivi la présentation des deux hommes. Parmi elles, celle du journaliste de Sud Quotidien relative aux audits du port. Mais le directeur général ne semble pas perturbé par cette interpellation. "Je demande au nouveau directeur général du port de bien faire son audit " a t-il laissé entendre.

Pour les objectifs de DP World à Dakar, le directeur commercial affirme que c'est de permettre à Dakar de devenir le principal hub de la sous région. Un pari qui ne sera pas facile à réussir car, selon magasine Jeune Afrique, le port Autonome d'Abidjan est entrain de revenir à pas de géant au devant de la scène depuis la fin de la crise.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire