11.6.14

Devenir transitaire à Dakar : Entretien avec Mouhamed Diagne (1ere partie)

Mouhamed Diagne est le co-fonndateur de la société de Transit Belly Transit à Dakar
Le transitaire, vous connaissez sans doute. C’est celui que vous appelez pour dédouaner des marchandises lors d’une importation ou une exportation. Transitaire est un terme populaire. Dans le jargon, on parle plutôt de commissionnaire agréé en douane.

 Il existe un grand nombre de transitaires à Dakar. Rien qu'au niveau du port, on dénombre plus d'une cinquantaine d'entreprises de transit agréées, sans compter les nombreux sous-traitants.

Il existe également beaucoup d’écoles qui proposent tant bien que mal des formations professionnelles dans les métiers ayant trait au transit portuaire ou aéroportuaire.


Mais, que n’entend-t-on pas sur le métier de transitaire à Dakar ! Ce domaine d’activité est sujet à de nombreux commentaires pas toujours positifs. Pour beaucoup de jeunes du pays, le métier de transitaire rime argent, beaucoup d’argent. Mais de l’argent pas toujours acquis par des voies légales. Certains pensent également que c’est l’un des milieux les plus corruptogènes du pays. Qu’en est-il vraiment ?

 Comment être un bon transitaire à Dakar, gagner bien, voir très bien, sa vie sans passer par des voies détournées ? C’est sur ces questions que j’ai eu l’occasion de discuter avec Mouhamed Diagne, jeune transitaire pensionnaire de l’école des douanes et co-fondateur de la société Belly Transit. Voici la première partie de la discussion que nous avons eue lors de notre entrevue il y a quelques jours.


Selon vous, quelle formation faut-il avoir pour devenir transitaire à Dakar ?



Vous savez, le métier de transitaire à Dakar demande surtout de l'expérience de terrain. C’est avec des années de pratiques qu’on arrive vraiment à maîtriser les rouages du métier dans notre pays. Évidemment, il faut une bonne formation à la base. Et c’est là où il y a encore des efforts à faire à mon avis. Il y a énormément d’écoles de formation à Dakar. A chaque coin de rue vous en trouverez une. Mais il y en a très peu qui proposent des formations en transit de façon spécifique. Le plus souvent, les élèves y sont formés en commerce international ou en transport et logistique.

A ma connaissance, la seule école qui forme des commissionnaires agréés en douane d’un certain niveau, c’est l’école des Douanes de Dakar. Elle allie la formation théorique et la formation pratique sur le terrain dans les bureaux des douanes au port et à l’aéroport. Sinon, toutes les autres écoles incluent dans leurs programmes des cours de douane de quelques heures, ce qui est loin d’être suffisant à mon avis.


Qu’en est-il du marché et de l’insertion des élèves-transitaires ?



Il y a beaucoup de boites de transit à Dakar et la demande est là. Les sociétés recrutent pas mal de personnes pour assurer les opérations douanières. Disons que le secteur n’est pas trop saturé pour le moment. Un transitaire bien formé doit pouvoir trouver quelque chose sans beaucoup de difficultés. Là n’est pas le problème.


Le souci c’est au niveau de la rémunération. On a beau être qualifié et bardé de diplômes, les plus gros salaires oscillent entre 150000 et 200000 francs CFA par mois pour les débutants. Ce qui est, à mon avis, dérisoire.


Ah bon ? Je croyais qu'un transitaire au Sénégal gagne confortablement sa vie ? Le port génère des centaines de millions par jour non ?



C’est beaucoup plus complexe que ça. Le métier n’est pas rémunérateur pour les employés transitaires, même s’ils peuvent manipuler des dossiers de plusieurs millions par jours. Ils peuvent travailler dur mais ne sont pas rémunérés à la hauteur de leurs efforts. Ce sont plutôt les chefs d'entreprises qui en profitent.

 Pour se faire beaucoup d’argent dans le milieu, il faut avoir sa propre boite de transit ou alors faire partie d’un vaste réseau très puissant et se créer son petit business avec les douaniers eux-mêmes.
maison de transit au Sénégal

Que voulez-vous dire par là ?


Je veux dire simplement que l’argent se négocie entre les douaniers eux-mêmes, les patrons des boites de transit et les grands importateurs. Un commerçant qui importe une grande quantité de marchandises qui n’a pas envie de s’acquitter des droits de douane à coup de plusieurs millions peut bénéficier discrètement d'une réduction de plus de 70% à condition de négocier avec les bonnes personnes. Je ne vais pas entrer dans les détails mais c’est suffisant pour comprendre ce que je veux dire.


Mais pourquoi l’État ne prend pas des mesures contre ces pratiques ?

Quand l’État a besoin d’argent il tape sur les douaniers et, peut être, les Impôts et Domaines. En retour, ils sont hyper protégés. Il faut prier pour ne pas avoir de contentieux avec la douane car dans tous les cas c’est vous qui perdez. Quand vous évoluez dans ce milieu, plus vous nouer des relations avec les douaniers, mieux ça va pour vos affaires. Il y a des transitaires qui ne fondent leur business que sur leurs relations avec les douaniers et ils gagnent des millions avec.


Voilà qui met fin à la première partie de l'entretien. Dans la 2nd partie qui sera publiée dans les prochains jours, nous avons discutés de leur société Belly Transit, le processus de création de l’entreprise, les difficultés auxquels ils sont confrontés dans l’exercice de leur travail et d'autres questions qui intéressent le métier de transitaire à Dakar. Rendez-vous donc dans quelques jours pour la 2nd partie.

Suivez la 2nd partie de l'entretien en cliquant sur ce lien : http://goo.gl/Hi6Nir

21 commentaires :

  1. c un bon article moi j suis dans l transite depuis peut mai c un milieu férme. comme il le dit si tu n fait pas partie d'un reseau puissant ou si tu n fait pas affaire avec les douaniers tu n pourras pas percer dans se domaine . Pour moi la solution c d'appliquer la dematerialisation des procédures ( zero papier) et interdire l'acces au bureau de douane au grand public. vous avez aussi raison en disant que seule ecole douane a un programme typiquement transit . vous êtes dans ce milieu et vous connaissez bien c maux qui gangrene ce secteur et moi j dit que vs avez fai preuve de courage en les dénonçant espérons que cette article sera vu et prise en compte ds ce nouveau régime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que la dématérialisation des procédures douanières pourra diminuer ces types de pratiques. En tout cas, je ne pense pas que l'Etat peut y faire quelque chose. Mais bon ! Espérons que les choses vont s'améliorer petit à petit. Courage à vous.

      Supprimer
  2. c'est vraiment intéressant pour moi qui suis en première année de formation en transit-transport-logistique car je n'ai jamais mis mes pieds que ça soit au port ou à l'aéroport donc je crois que cette publication va m'aider un peu à ce qui m'attend au port parce que j'aime vraiment le métier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien d'avoir la passion de métier et le savoir-faire aussi. Dans la prochaine interview, Diagne donnera quelques conseils pour les étudiants qui se lancent dans les études de transit. Courage à vous !

      Supprimer
  3. G tjrs aimer ce métier mais je c po comment faire pour y intégrer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux commencer par faire une formation en transit et faire quelques stages ensuite. Le reste viendra après.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  4. Au senegal on a des systemes d informations tres performants tels que l ORBUS et le GAINDE et pourquoi les experts logistiques et les autorites douanieres ne pensent pas a reduire les delais de dedouanements. Actuellement je ne suis pas au Senegal mais y a beaucoup de choses qu on doit revoire au Senegal au niveau du port. Nous avons un grand port avec une bonne situation geographique et on ne peut pas acceder a un IPL satisfaisant .

    RépondreSupprimer
  5. Théoriquement, nous avons des systèmes d'information satisfaisants qui sont d'ailleurs distingués par des prix internationaux. Mais, en pratique il reste encore de choses à améliorer. La dématérialisation des procédures douanières n'est pas si effective et complète qu'on le fait croire. Sur le terrain, les dépôts physiques constituent toujours une bonne partie des procédures. Il y a encore du beaucoup de travail à faire ce niveau.

    RépondreSupprimer
  6. le métier de transit à toujours été un rêve pour moi et jespers qu'il se réalisera un jours je suis titulaire d'une licence en transport logistique et j'aimerai bien me spécialiser dans mes études de masters dans le domaine qu'est le transit merci pour vos conseils et aider nous davantage a mieux comprendre se métier.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. j aime le métier mais je ne connait pas au port ou a l aéroport ,je ne sais pas comment ça marche vraiment . et j ai besoin de conseils .

    RépondreSupprimer
  9. salut,je suis étudiante en droit je voulais savoir est ce j dois subir une formation en transitaire c'est un métier qui me plaie énormément svp j'attend vos réaction merci.

    RépondreSupprimer
  10. salut,je suis étudiante en droit je voulais savoir est ce j dois subir une formation en transitaire c'est un métier qui me plaie énormément svp j'attend vos réaction merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut @Mariama,

      Evidemment, c'est à vous de prendre cette décision. Ce que nous pouvons c'est de vous donner le maximum d'information aussi bien sur la formation, les écoles, ainsi que les perspectives d'emploi à la sortie, le marché de l'emploi etc etc et prendre une décision. Le témoignage de M. Diagne est intéressant, je vous recommande la 2nd partie de l'interview. Je vous recommande aussi cet article sur les écoles de formation : http://goo.gl/kOPYT8

      Supprimer
  11. Ces vrais t'a bien du nous travaillons seulement pour les patrons

    RépondreSupprimer
  12. Ces vrais t'a bien du nous travaillons seulement pour les patrons

    RépondreSupprimer
  13. bonjour je suis jeune étudiant passionné depuis toujours du monde des affaires en particulier celui du transit. maintenant je voulais vraiment des renseignements sur laquelle des écoles est plus congrues et rentables ? ou du moins là où on peut vraiment souhaiter une suite meilleure dans ce domaine. merci

    RépondreSupprimer
  14. Salut je suis éleve a l'ecole des douanes et c vréma interésent pour moi en savoir plus Sur se métier et c ma premiere année de formation.

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir j'ai eu mon Bac LA au lycée franco-arabe de kaolack l'année passée et je voudrais faire ce concours de transitaire et je veux savoire si cette série est inclus dans ce concours et je peux vous dire qu'on a subit les même épreuves que la série L2 et on avait les même coeficients

    RépondreSupprimer